dimanche 27 mars 2011

La contradiction

Selon le premier postulat de TRIZ, tout problème doit être formulé sous forme de contradiction.

Nous sommes conditionnés, dans notre quotidien, à trouver des solutions à nos problèmes sous forme de compromis. C'est souvent la façon la plus simple de solutionner un problème, mais aussi la moins innovante. Or, le compromis n'est acceptable que lors des phases finales d'optimisation. La solution innovante nécessite, elle, une approche qui ne souffre pas le compromis. Ce dernier devient alors l'outil à utiliser uniquement lors de l'optimisation de la solution.

TRIZ nous enseigne que tout problème doit être formulé sous forme de contradiction (premier postulat) et que sa résolution passe par la résolution de cette contradiction, non pas en faisant un compromis, mais en obtenant le meilleur des deux paramètres qui s'opposent.
De plus, l'élimination de la contradiction ne se fera pas en suivant une méthode de type essais/erreurs, mais sera guidée par des outils dédiés à sa résolution.

Pour fixer les choses, prenons un exemple: supposons qu'un objet technique doive être à la fois grand pour satisfaire une fonction et petit pour en satisfaire une autre. 
 La solution "compromis" va chercher à trouver une taille moyenne entre les deux valeurs requises. L'objet sera ainsi moyennement encombrant, mais ne satisfera pas totalement chacune des contraintes (grand, petit).

La solution sans compromis nécessite de trouver comment avoir cet objet "à la fois" grand et petit. "à la fois" signifie que, sous certaines conditions, il sera grand, et sous certaines autres il sera petit.

Un objet résolvant cette contradiction peut être, par exemple, le parapluie. Celui-ci doit pouvoir être assez grand pour protéger de la pluie, et assez petit pour rentrer dans un sac lorsque l'on ne s'en sert pas.

Ainsi,
  • s'il est grand, il protège de la pluie mais ne rentre pas dans le sac
  • s'il est petit, il ne protège pas de la pluie mais rentre dans le sac.  
On voit ici que plus le parapluie protège de la pluie et moins il rentre dans le sac.
Or on veut qu'il protège de la pluie (c'est sa fonction principale) et qu'il puisse rentrer dans le sac. On a affaire à la contradiction technique (deux paramètres qui s'opposent, quand l'un s'améliore, l'autre se dégrade, et l'on souhaite que les deux paramètres soient tous les deux bons).

Lorsque l'on examine encore la formulation du problème, on s'aperçoit que l'on veut que le parapluie soit à la fois grand (pour protéger de la pluie) et petit (pour rentrer dans le sac). Ceci est une contradiction physique, car le paramètre "taille" doit à la fois avoir deux valeurs antagonistes , "grand" et "petit".


Il existe plusieurs niveaux de contradictions:
  • Les contradictions administratives: on sait qu'il y a un problème, mais aucune piste pour résoudre celui-ci. La solution est inconnue.
  • Les contradictions techniques: ici, deux paramètres s'opposent. Par exemple, en améliorant le paramètre A, le paramètre B se dégrade, et l'on souhaite que les deux paramètres, A et B, soient les meilleurs possibles. A ce stade, un des outils classiques de résolution est la matrice et ses principes inventifs.
  • Les contradictions physiques: nous sommes au niveau ultime de la contradiction. C'est l'exemple du parapluie cité plus haut, où c'est une même caractéristique physique (la taille) qui doit posséder deux états opposés. Il est alors possible d'utiliser l'un des  11 principes de résolution. Dans le cas de notre parapluie, le principe de séparation utilisé est une séparation dans le temps (à certains moments le parapluie est grand et à d'autres il est petit).
Il est important, dans la formulation d'un problème, d'arriver à ce dernier niveau de contradiction, en poussant l'exagération au maximum. Plus la formulation est forte, et plus la solution sera facile à établir.
Tout objet de notre environnement a été créé pour résoudre un problème (c'est son utilité). Donc chacun de ces objets résout des contradictions qu'il est intéressant d'essayer d'identifier.
Bonne chasse à la contradiction... 


Enregistrer un commentaire