mercredi 13 janvier 2016

le téléphone sans fil

Je ne vais pas parler de téléphonie mobile ici, mais plus simplement du jeu appelé "le téléphone sans fil"
Le jeu se pratique à plusieurs, et consiste à communiquer un message de la première personne à la seconde, puis répéter l'opération de la seconde à la troisième, et ainsi de suite jusqu'à la dernière, avec comme objectif de transmettre au mieux le message.
Là où cela devient intéressant, c'est au moment où l'on compare le message initial avec le message final...




Il existe une version plus graphique à ce jeu:
On présente une image à la première personne, et on lui demande de reproduire cette première image, puis de la montrer à la seconde, qui la reproduira à son tour...
Cette version apporte les particularités suivantes:
  • tout d'abord, il existe une "trace" de chacune des étapes, ce qui est indispensable à une analyse ultérieure
  • En localisant un objet sur l'image initiale, on pourra en observer les mutations qui ne manqueront pas de se produire au fil des "générations".
Si on remplace "objet" par "système", "mutation" par "évolution", le lien avec les lois d'évolution des systèmes techniques devient évident. Bien sûr, les mutations observées ne seront pas nécessairement en accord avec les lois d'évolution telles que présentées par TRIZ, d'autant plus que l'objet du jeu est justement de reproduire le plus fidèlement possible l'objet initial. Mais ce n'est pas l'objet de cette observation. Ce qui importe ici est de relever le type de mutations observées.

  • Tout d'abord, on constate que chacune des générations s'accompagne d'une mutation, plus ou moins importante. 
  • Ensuite, les mutations peuvent être catégorisées
    • un premier type est la mutation "simplificatrice": la personne chargée de reproduire le dessin ne fait apparaître que les traits principaux (souvent liés à la fonction principale utile) en négligeant les autres. Il s'agit d'une mutation avec perte d'information.
    • Un deuxième est la "personnalisation". En général la mutation s'effectue avec perte d'information comme dans le cas précédent, mais aussi avec un ajout. La personne reporte des propriétés qui font sens pour elle sur l'objet. Ce peut être la couleur, des proportions, un accessoire,...
    • Un troisième type de mutation est la mutation "aléatoire": Soit la personne n'a vraisemblablement pas réussi à déchiffrer la représentation proposée et part sur une nouvelle voie, soit elle fait volontairement la démarche de brouiller les pistes. Cette dernière option met en évidence des stratégies personnelles
Ensuite, comme avec les stratégies déjà employées avec TRIZ, on peut changer son point de vue à propos du phénomène.
  • Si je regarde deux représentations contiguës, je ne verrai que très peu de différences. On est dans le cas d'observation d'évolution mineure du système.
  • Par contre, si je regarde la première et la dernière image, alors il y a fort à parier que l'évolution soit difficilement compréhensible, tant la divergence avec le modèle original sera grande.
 Maintenant, imaginons un scénario:
  • Proposons un objet, non à une personne, mais à plusieurs (une dizaine de personnes pour fixer les idées)
  • Proposons à leur tour à chacune de ces dix personnes de montrer leur représentation à dix personnes qui en feront à leur tour une représentation,
  • Et ainsi de suite....
Et faisons un parallèle avec des entreprises reprenant un objet pour le faire à leur façon.
Le processus sera identique, avec l'apparition et la disparition de paramètres, la spécialisation ou au contraire la généralisation, etc...
Et deux stratégies seront possibles pour chacun des acteurs: soit pratiquer une approche  empirique et faire évoluer les objets au gré de l'inspiration et de la bonne fortune, soit utiliser une méthodologie systématique (comme celle proposée par TRIZ) et avancer sur une voie "toute tracée" avec le maximum de chances de succès. En mettant bien sûr, et avant tout, une bonne écoute des besoins des clients.
A vous de voir...
Enregistrer un commentaire