mardi 8 novembre 2011

Jeu #6: L'animal imaginaire

L'objectif est de faire coïncider ce qui de prime abord paraît impossible. Dans le cas présent, associer la tête et le corps de deux animaux différents. Un peu dans l'esprit du jeu 'unification sports', cette technique permet de stimuler la créativité par la présentation d'une situation improbable.

Les règles
On demande aux enfants de tirer deux cartes (une carte 'tête' et une carte 'corps') parmi les  cartes disponibles.
Ensuite, on va poser des questions à l'enfant:
  • Que mange cet animal?
  • Où vit-il?
  • Quel est son comportement?
  • Quelle taille a-t-il? 
Et puis on va lui demander de trouver un nom à cet animal.

L'objectif pédagogique
Ce jeu permet de mettre en évidence des relations entre deux variables (la tête et le corps) et de réinvestir les savoirs  construits.
De par sa nature (essayer de concilier des éléments très différents), il offre l'opportunité de faire la découverte de nouvelles caractéristiques associées à la réunion de ces deux parties.  Dans le cadre de l'enseignement, c'est aussi l'occasion de faire une leçon de choses sur ces deux animaux, afin de mieux les connaître.

Exemple 
L'enseignant pose le problème:
  • Que mange cet animal?  Il faut alors se demander quelle nourriture il peut manger, et qu'est-ce qui est nécessaire à sa survie.
  • Où vit-il ?  C'est un animal ailé, peut être vit-il dans les arbres? Mais où vit une souris? Et où vit une sauterelle?  Ces éléments peuvent permettre d'imaginer où vit cet animal hybride.
  • Quel est son comportement?  C'est un animal très vif, comme la souris, qui change très rapidement de direction lorsqu'il vole, ... 
    Comme pour la question précédente, la  réponse peut être préparée par l'enseignant afin de trouver un portrait de solution.  Il peut par exemple dresser un tableau où les caractéristiques communes aux deux animaux sont listées, ainsi que celles différentes et contradictoires.  
Conclusion 
Il existe un jeu où l'on unifie deux demi corps (exemple : l’avant d’une vache et l’arrière d’un canard) pour obtenir un animal imaginaire et ensuite lui trouver un nom. Les animaux obtenus sont sans nul doute très comiques mais cela s’arrête là… On n’amène aucune réflexion auprès de nos élèves. Tandis que si on unifie deux animaux mais avec la tête d’un premier et le corps d’un second, on peut plus aisément amener nos élèves à réfléchir sur le comportement ou sur d'autres caractéristiques de ce nouvel animal.
La décomposition de l'animal est fonctionnelle, et donc oblige à une réflexion en terme de composants du système 'animal'. Dans le même ordre d'idées, la décomposition pourrait se faire aussi avec les membres de l'animal, car ceux-ci peuvent être associés à une ou des fonctions (marcher, courir, prendre, ...).

Lien vers la fiche au format PDF en français   
L'animal imaginaire décrit sur le site d'Arjanne et John
Enregistrer un commentaire