mercredi 18 janvier 2012

Loi #3: Coordination du rythme des parties

Voici la dernière des trois lois "statiques". Tout comme les deux premières lois, celle-ci apporte les éléments de viabilité du système.
La première loi, nous a permis de vérifier que que tous les éléments nécessaires à la réalisation de la fonction principale utile étaient présents.
Avec la seconde loi, nous nous sommes assurés que l'énergie passait bien au travers du système.
La troisième loi quant à elle, vérifie que tout ce qui compose le système travaille de concert.

Afin de satisfaire au mieux la Fonction Principale Utile, il faut que ses différentes parties soient coordonnées.
La coordination consiste à ce que chaque partie travaille en symbiose avec le reste. L'objectif est de rendre le passage de l'énergie le plus fluide possible, et ainsi en minimiser les pertes. La coordination peut prendre différentes formes, dont:
  • L'amélioration des interfaces entre les parties
  • La coordination des temps de travail et de repos des éléments
  • L'adaptation des fréquences ou rythmes entre les éléments

Pour citer quelques exemples d'harmonisation:
  • Fréquence de fonctionnement d'un marteau-piqueur: En faisant fonctionner un marteau piqueur à une fréquence proche de la fréquence propre du matériau à casser, on augmente de façon importante l'efficacité de celui-ci.
  • Un siège ergonomique dont la forme qui reçoit la personne est "harmonisée", c'est à dire adaptée à l'utilisateur (l'objet, dans le schéma ci-dessus).
  • Un autre cas, contraire au cas du marteau piqueur: sur un outil coupant (fraise rotative,...), on a intérêt à ne pas placer chacune des dents à distance égale, pour justement limiter les vibrations et améliorer la coupe.
Voila la dernière des trois lois statiques décrite. Tout système au début de sa courbe en S se doit de répondre à ces trois premières lois avant d'envisager d'évoluer.
Enregistrer un commentaire